Un autre regard sur les cadeaux

avec Anne-Gabrielle 

En ce temps de Noël où l’effervescence matérielle règne autour de nous, aidons les enfants à se recentrer sur l’essentiel. Si Noël est le grand moment de l’année où les enfants reçoivent des cadeaux, cette méditation peut très bien être reprise dans les autres occasions d’échange de cadeaux (fête, anniversaire, maladie, invitation…). Le but est d’apprendre aux enfants à leur accorder une juste place, à l’opposé du « consumérisme obsessif » que dénonce le Pape François dans l’encyclique Laudato si’ (§ 203). L’important n’est pas la quantité de cadeaux reçus mais l’amour et la profondeur de cœur de ceux qui les offrent et de ceux qui les reçoivent. Autour de ce thème et en lien avec des exemples tirés de la vie d’Anne-Gabrielle, nous vous proposons donc de :

 rebondir sur un axe d'effort.

demander des grâces particulières.

La réflexion sur la place des cadeaux dans la fête de Noël, à partir de l'exemple d'Anne-Gabrielle se prête mal à une présentation sur un smartphone. Vous la retrouverez sur la version "ordinateur" de ce site ou en téléchargeant ce document et le dessin correspondant.

Il est recommandé d’adapter cette trame à l’âge de chaque enfant.

En complément de ce texte, nous proposons pour les enfants un dessin à commenter et à colorier.

La fête de Noël

Chaque 25 décembre, nous célébrons la naissance de l’Enfant-Jésus. Il est venu sur la terre pour nous sauver du péché et nous ouvrir les portes du Royaume des Cieux.

  • C’est pour cela que nous préparons nos cœurs durant le temps de l’Avent : il faut être digne d’accueillir le Sauveur.

  • C’est pour cela que notre joie est très grande le jour de Noël : nous ne sommes plus seuls, désormais Jésus est avec nous.

L’allégresse de ce grand jour se traduit par de beaux offices religieux et, souvent, par une réunion de famille, de jolies décorations, un bon repas, ainsi que des cadeaux, toujours très attendus. Ces cadeaux sont des signes d’affection entre des personnes qui s’aiment.

Pour ma part, que vais-je recevoir et que vais-je offrir devant la crèche le jour de Noël ?

Les cadeaux que je vais recevoir

Le plus beau des cadeaux, celui que nous recevons tous, c’est l’Incarnation : c’est Jésus qui s’offre à nous comme Sauveur. Pour accueillir ce trésor, j’ouvre mon cœur à Jésus pendant l’Avent. Je laisse de côté les soucis matériels pour rendre mon cœur disponible. Je dis à Jésus que j’attends sa venue sur la terre et ses grâces.

Jésus n’offre ses cadeaux qu’à ceux qui se dérangent pour Lui. Est-ce que je suis prêt à me donner de la peine pour Jésus ? Les bergers et les Rois Mages l’ont fait : ils ont abandonné leurs activités, ils ont fait une longue route, ils se sont dépêchés pour venir accueillir l’Enfant-Jésus dans la crèche. Hérode ou les gens de Bethléem ne peuvent pas recevoir les cadeaux du Roi ni goûter à la joie de Noël car ils ont fermé leur porte à Jésus.

Pendant l’Avent, je demande à Jésus la grâce de l’attendre avec un vif désir et de Lui ouvrir grand la porte de mon cœur pour qu’Il puisse venir y habiter.

A Noël, nous recevrons aussi des marques d’amour de la part de ceux qui nous sont chers : un cadeau, une attention, un effort, une délicatesse. Sachons les recevoir avec joie et gratitude ! Durant sa maladie, Anne-Gabrielle a reçu beaucoup de cadeaux que les gens lui envoyaient pour la réconforter. Elle en était très touchée car elle percevait dans ces attentions l’amour qu’elle recherchait tant :

« Comme c’est gentil de m’envoyer tant de cadeaux. Comme j’ai de la chance. » (Mars 2009)

 

Le jour de Noël, je veux, comme Anne-Gabrielle, accueillir les marques d’amour avec reconnaissance.

A Noël et dans les autres occasions où je recevrai des cadeaux, je prends la résolution de remercier ceux qui me gâtent. Je peux le faire :

  • en disant merci

  • en écrivant un petit mot

  • en téléphonant

  • en envoyant une lettre ou un dessin

Les cadeaux que je vais offrir

Les bergers et les Mages ont déposé des présents devant la crèche.

Et moi, que vais-je offrir à Jésus ? Qu’est-ce qui Lui ferait plaisir ?

Lui offrir mon cœur ; L’aimer ; mais aussi aimer mon prochain, à commencer par mes frères et sœurs, mes parents, mes camarades de classe, mes amis ; faire attention aux autres, à ceux qui sont seuls, malades ou dans la peine. Voilà ce qui ferait plaisir au petit Jésus de la crèche.

Je choisis un cadeau que je vais préparer dans mon cœur et offrir à Jésus le jour de Noël :……………………………………………………………………………………………

Noël est aussi l’occasion de préparer des cadeaux ou d’avoir des attentions particulières envers les autres. Anne-Gabrielle aimait montrer son affection aux autres par de multiples cadeaux, en bricolant ou en allant chercher quelque chose dans ses propres affaires. Ainsi, le jour de l’anniversaire de sa mère, elle arrive avec un paquet dans les bras qu’elle lui offre fièrement avec ces mots :

« Moi aussi j’ai un cadeau pour vous ! » (10 mars 2007)

Elle a choisi deux de ses Martine qu’elle a empaquetés dans la couverture rose de sa poupée. Faire des cadeaux est sa manière de dire aux autres qu’elle les aime.

Pour faire plaisir aux autres, je peux :

  • redonner un de mes jouets à une association collectant des jouets pour les enfants pauvres

  • prêter de bon cœur les cadeaux que j’ai reçus

  • bricoler des petits cadeaux pour les autres

  • rendre visite à une personne malade ou isolée

  • proposer à mes parents d’accueillir à la table familiale une personne isolée le jour de Noël

Avec Anne-Gabrielle, demandons la grâce de ne pas perdre de vue que le principal n’est pas les cadeaux mais l’Amour. Dans ce temps de Noël, gardons les yeux fixés sur le petit Enfant de la crèche venu nous sauver par amour. Là est l’essentiel !

Imiter l’Enfant-Jésus dans la crèche

Dans la joie de l’échange des cadeaux, n’oublions jamais que Jésus est notre modèle. Il est venu au monde dans la plus grande pauvreté, le froid et l’obscurité. Il a été rejeté par les habitants de Bethléem et Il est né en étant ignoré du monde.

 

Dès ses premiers instants de vie, Jésus nous montre donc la voie de la pauvreté, du détachement, du dépouillement. Il nous invite à suivre son exemple. Comme Lui, ne donnons pas trop d’importance aux choses matérielles et aux cadeaux. Accordons-leur une juste place.

Anne-Gabrielle avait bien compris cela. En recevant un jour un cadeau somptueux, elle remarque : « Maman, [cette personne] me gâte beaucoup trop : ce n’est pas raisonnable ». Et comme sa mère lui objecte que c’est pour cette personne un moyen de lui prouver son affection, Anne-Gabrielle ajoute : « moi aussi, je l’aime beaucoup ». Puis, après un petit silence : « mais, quand même, je n’ai pas besoin d’autant de cadeaux » (Mars 2009).

RÉFLEXION SUR L’ILLUSTRATION

à proposer de préférence avant la réalisation du coloriage

 

Quels personnages est-ce que je reconnais sur ce dessin ?

La sainte Vierge tenant l’Enfant-Jésus sur ses genoux.

Anne-Gabrielle est à genoux devant eux, au milieu de ses jouets.

Que se passe-t-il ?

  • Anne-Gabrielle offre à l’Enfant-Jésus ses livres de Martine. Elle a choisi quelque chose qu’elle aime beaucoup parmi ses jouets pour en faire cadeau, pour exprimer son amour.

  • L’Enfant-Jésus tend les bras, il accueille ce cadeau fait avec beaucoup d’amour.

Association Anne-Gabrielle, un modèle pour la jeunesse

  • Facebook