un sourire au-delà de l'épreuve

Chemin d'Espérance

« Souvent je ne sais pas quoi dire,
   alors je souris. »


Anne-Gabrielle, novembre 2009

Articles publiés récemment

15 octobre 2020 - la canonisation expliquée aux enfants et la neuvaine à colorier (cliquer ici)

16 septembre 2020 - Anne-Gabrielle est servante de Dieu ci-dessous

Juillet 2020 - la sainteté des enfants : modèles d'enfants canonisés, bienheureux et vénérables (cliquer ici)

Juillet 2020 - témoignage sur l'utilisation des fiches pour les jeunes (cliquer ici)

Juillet 2020 - homélies pour les 10 ans du retour à Dieu d'Anne-Gabrielle : homélie de l'abbé Arnauld (cliquer ici) ; homélie de l'abbé Renoul (cliquer ici)

L'abbé Alexis Campo, chancelier du diocèse

Servante de Dieu !

Depuis le 12 septembre 2020, Anne-Gabrielle Caron est servante de Dieu.

Ce jour-là, Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a présidé la première session solennelle du procès diocésain de béatification et de canonisation d’Anne-Gabrielle. Sa cause est donc officiellement ouverte et elle porte désormais le titre de servante de Dieu.

Pour prendre cette décision, Monseigneur Rey a étudié la demande du postulateur, Pascal Barthélemy, dans le libelle déposé le 8 décembre 2019, où étaient justifiés :

  • l’exercice héroïque des vertus chrétiennes par Anne-Gabrielle ;

  • sa réputation de sainteté, c’est-à-dire le fait qu’un nombre important et croissant de fidèles la considèrent comme sainte et l’invoquent ;

  • et sa réputation de signes, c’est-à-dire le fait que des personnes qui ont invoqué son intercession aient reçu des grâces par cette intercession.

Le 26 mai 2020, la Congrégation pour les causes des saints faisait savoir que, rien, dans les dicastères romains, ne s’opposait à cette cause ; et le 10 juin 2020, la conférence des évêques de France, réunis en assemblée plénière, donnait à 78% un avis favorable à l’introduction de cette cause.

La cérémonie d'ouverture, a-liturgique, s’est déroulée de la façon suivante, dans l’église Saint-François de Paule de Toulon, l’ancienne paroisse d’Anne-Gabrielle :

Le chancelier du diocèse, l’abbé Alexis Campo, a déclaré la session ouverte.

Monseigneur Rey a prononcé une allocution, qu’il a conclue ainsi : « Confions-la au Seigneur ; confions-la à l’Eglise dans le jugement qu’elle doit porter, » évoquant le « témoignage d’une vie qui nous tire vers Dieu et nous attire à Lui. » 

Le chancelier a lu et expliqué l’édit de publication du libelle du postulateur, du 15 juin 2020 et le décret d’ouverture de la cause, du 2 septembre 2020.

Puis Monseigneur Rey a prêté serment.

Vidéo de l'allocution de Monseigneur Dominique Rey

Les officiaux de l’enquête ont ensuite prêté serment. Il s’agit du Père Benoît Ménégné, juge-délégué qui présidera le procès. Il est administrateur de la paroisse Sainte-Jeanne d’Arc de Toulon, notaire à la chancellerie épiscopale et prépare une thèse en droit canon sur la curie diocésaine. Il était auparavant vicaire général du diocèse de Gagnoa, en Côte d’Ivoire.

Le Père Carlos Hamel, chilien, est promoteur de justice, à ce titre chargé de veiller au strict respect de la procédure pendant le procès diocésain. Il est curé de la paroisse de La Londe des Maures et de Porquerolles, membre de la Fraternité de Saint-Joseph gardien. Il est aussi notaire à la chancellerie épiscopale et prépare également une thèse en droit canon.

L’abbé Axel Reveillet est sous-diacre. Il sera notaire, pour transcrire par écrit les déclarations des témoins de l’enquête, charge qu’il occupe déjà à la chancellerie. Canoniste, il prépare une licence.

Vidéo des prestations de serment

Vidéo de la signature des serments

Enfin, le postulateur et la vice-postulatrice, Pascal et Cécile Barthélemy, ont prêté serment. Leur rôle est de promouvoir la cause d’Anne-Gabrielle. Ils n’assisteront pas aux audiences du procès. Mais ce sont eux qui proposent au juge-délégué les témoins du procès.

Merci à Alain Vignal pour les photos et les vidéos de cette très belle cérémonie !

L'abbé Dubrule et Monseigneur Rey

L'abbé Loiseau

L'abbé Reveillet

Pascal et Cécile Barthélemy

Alexandre et Marie-Dauphine Caron

Le procès va recueillir de façon formelle et authentique, les témoignages de personnes qui ont connu Anne-Gabrielle. Il permettra d’aller plus loin que le libelle du postulateur de décembre 2019. Il recueillera aussi le rapport et les témoignages des trois experts historiens qui ont étudié les documents disponibles sur Anne-Gabrielle. Il permettra aussi au postulateur de présenter au juge-délégué les témoignages qu’il a déjà reçus et qu’il continue de recevoir sur la réputation de sainteté et la réputation de signes de la servante de Dieu. (Pour lui en faire parvenir, c’est ici.)

Les sessions d’audition des témoins commenceront prochainement, les officiaux ayant décidé de les tenir par semaines bloquées. Les témoins seront avisés par le juge-délégué des dates de leur audition dans les mois qui la précéderont.

Rappelons que, pour les préserver de toute pression, l’identité des témoins est gardée secrète (par les officiaux de l’enquête, par le postulateur comme par eux-mêmes) et leur déposition l’est aussi, tout comme le questionnaire, identique pour tous, auquel ils auront à répondre.

 

La presse catholique ou locale a donné un écho de qualité à cette étape importante pour la cause

d’Anne-Gabrielle. Voici les liens vers quelques articles ou interviews.

Enfin, une nouvelle version de l’image de la neuvaine à la servante de Dieu Anne-Gabrielle Caron

est désormais disponible : c’est ici.

 

Pensez aussi à nous aider en invoquant Anne-Gabrielle et en nous faisant part des grâces reçues. Sans oublier de faire un don pour les dépenses inhérentes à cette cause. Merci de vos contributions !

Pascal Barthélemy, postulateur

16 septembre 2020

Mise à jour 11 octobre 2020

Association Anne-Gabrielle, un modèle pour la jeunesse

  • Facebook