MD Caron.jpg

Dès sa mort, et même un peu avant, plusieurs personnes de son entourage ont considéré qu’Anne-Gabrielle était sainte. Un des premiers à avoir exprimé cette conviction est l’abbé Arnauld, lors de la messe de ses obsèques. Parmi les prêtres qui ont accompagné Anne-Gabrielle dans sa maladie, il a été le plus proche, étant cousin de son père et curé d'une paroisse du Var. 

 

Cette conviction sera un témoignage important pour le procès diocésain mais c'est à l’Eglise de reconnaître ou pas la sainteté d’Anne-Gabrielle.

Homélie de l'abbé Arnauld

Le 9 juin 2009, Anne-Gabrielle a entrepris de noter ses réflexions dans un petit cahier. Elle n’y a écrit que deux pages.


Voici la première, la plus émouvante.

Journal P1.JPG

Pour aller plus loin, nous vous conseillons le très beau livre Là où meurt l'espoir, brille l'Espérance, de Marie-Dauphine Caron, la mère d'Anne-Gabrielle.