Comme Anne-Gabrielle, aider Jésus
à porter sa croix

Comme Jésus l’a révélé Lui-même à sainte Faustine, les mérites des âmes vertueuses de tous les temps L’ont soulagé dans sa passion :

 « Les âmes pieuses et fidèles (…) M’ont consolé sur le chemin de croix, elles furent cette goutte de consolation au milieu d’un océan d’amertume. » [1]

 « Les âmes douces et humbles (…) M’ont réconforté dans Mon amère agonie. » [2]

« Sache Ma fille, que ton amour ardent et ta compassion furent une consolation pour Moi au Jardin des Oliviers. » [3]

 

Que cette route vers Pâques soit l’occasion de faire mieux comprendre aux enfants la portée spirituelle de leurs actes. Par leurs bonnes actions et leurs sacrifices, ils peuvent, eux aussi, soulager Jésus dans sa passion. Anne-Gabrielle leur montre le chemin, elle qui avait compris qu’offrir sa souffrance pouvait servir à quelque chose de plus grand : « Pourquoi le Bon Dieu me demande de souffrir ? Pour que je l’aide à porter Sa Croix ? » (mars 2009).

 

A sa suite, encourageons les enfants à offrir les joies et les peines du quotidien, les efforts et les contrariétés, les petits renoncements et les sacrifices, tout particulièrement pendant ce carême. De cette manière, ils aideront Jésus à porter sa croix jusqu’en haut du Golgotha.

 

[1] Sœur M. Faustine Kowalska, Petit Journal, Troisième Cahier, §1214

[2] Sœur M. Faustine Kowalska, Petit Journal, Troisième Cahier, §1220

[3] Sœur M. Faustine Kowalska, Petit Journal, Troisième Cahier, §1664

La présentation du carême et de la Passion aux enfants, à partir de l'exemple d'Anne-Gabrielle, se fait difficilement sur un smartphone. Vous la retrouverez sur la version "ordinateur" du site ou en téléchargeant ce document et le dessin correspondant.

Concrètement, nous vous proposons :

  • D’inviter les enfants à choisir un effort par semaine à partir d’une citation d’Anne-Gabrielle (veiller à ce qu’il soit personnalisé en fonction de chaque enfant).

  • D’écrire l’effort choisi sur un papier et de l’afficher dans le coin prière. Ainsi, au cours de la prière du matin, vous pourrez facilement le relire à votre enfant et demander avec lui la grâce d’y être fidèle au cours de la journée.

  • Une illustration représentant Jésus portant sa croix. Cette croix, découpée en autant de cases que de jours dans le carême, permet de matérialiser les efforts réalisés pour aider Jésus à porter sa croix. Chaque soir, après l’examen de conscience, l’enfant peut colorier la case du jour correspondant s’il a été fidèle à l’effort choisi.

La réflexion sur les efforts de carême se prête mal à une présentation sur un smartphone. Vous la retrouverez sur la version "ordinateur" de ce site ou en téléchargeant ce document et le dessin correspondant.

Mercredi des cendres et l’entrée en carême

Le carême s’ouvre devant moi. Pendant ces 40 jours, je vais suivre Jésus et l’accompagner jusqu’au Calvaire. A travers les récits de la Passion, je vais aussi voir Jésus souffrir et mourir pour me sauver du péché.

La maladie d’Anne-Gabrielle l’a fait violemment souffrir pendant de longs mois. Et pourtant, elle disait : « Je souffre beaucoup mais tout ce que je souffre, c’est tellement moins que ce qu’à souffert Jésus. » (juillet 2010)

Anne-Gabrielle a offert ce qu’elle avait : sa souffrance et sa maladie. Cette semaine, je prends la résolution d’offrir moi aussi quelque chose qui me coûte, qui est difficile, que je n’ai pas choisi.

Pour aider Jésus à porter sa croix, je lui offre…………………………………………………….........................................................

…………………………………………………………………………………………………...................................................................

Première semaine de carême

« Vous savez, Maman, je me dis de temps en temps (pas souvent) que, quand je serai morte, je me dirai qu’en fait, ce n’était pas difficile du tout de faire le bien. C’est vrai, ce n’est pas difficile d’être gentille, de penser aux autres, d’obéir, de ne pas taper ses frères et sœurs. » (mai 2010)

Cette semaine, je prends la résolution d’être gentil envers une personne avec laquelle j’ai parfois du mal à être aimable, patient, agréable, doux.

Pour aider Jésus à porter sa croix, je vais être gentil envers………………………….......................................................................

Deuxième semaine de carême

« Vous savez, Maman, je me dis de temps en temps (pas souvent) que, quand je serai morte, je me dirai qu’en fait, ce n’était pas difficile du tout de faire le bien. C’est vrai, ce n’est pas difficile d’être gentille, de penser aux autres, d’obéir, de ne pas taper ses frères et sœurs. » (mai 2010)

Cette semaine, je prends la résolution de penser d’abord aux autres :

  • en proposant aux autres de se servir avant moi

  • en laissant généreusement ce que je préfère aux autres (jeux, nourriture, place)

  • en ne prenant pas le meilleur rôle dans les jeux

  • en me souciant des enfants seuls dans la cour de récréation

  • en étant attentif aux besoins des autres

 

Pour aider Jésus à porter sa croix, j’entoure l’effort que je choisis.

Troisième semaine de carême

« Vous savez, Maman, je me dis de temps en temps (pas souvent) que, quand je serai morte, je me dirai qu’en fait, ce n’était pas difficile du tout de faire le bien. C’est vrai, ce n’est pas difficile d’être gentille, de penser aux autres, d’obéir, de ne pas taper ses frères et sœurs. » (mai 2010)

Cette semaine, je prends la résolution d’obéir tout de suite quand Papa ou Maman me demandera :

  • de ranger ma chambre

  • de faire mes devoirs

  • de venir rendre service

  • d’éteindre la télévision

  • de me coucher

 

Pour aider Jésus à porter sa croix, j’entoure la résolution que je choisis.

Quatrième semaine de carême

« Vous savez, Maman, je me dis de temps en temps (pas souvent) que, quand je serai morte, je me dirai qu’en fait, ce n’était pas difficile du tout de faire le bien. C’est vrai, ce n’est pas difficile d’être gentille, de penser aux autres, d’obéir, de ne pas taper ses frères et sœurs. » (mai 2010)

Cette semaine, je prends la résolution de maîtriser mes gestes : ne pas taper, ne pas donner des coups de pied ou des coups de poing, ne pas me bagarrer.

Pour aider Jésus à porter sa croix, j’inscris ce que je choisis de maîtriser :………………………..................................................

…………………………………………………………………………………………………..................................................................

Cinquième semaine de carême

Regrettant de ne pouvoir participer à son camp de louvettes, Anne-Gabrielle a dit : « Je l’offre pour le Pape, les prêtres et toutes les personnes qui m’ont demandé de prier pour elles. » (juillet 2010)

Cette semaine, je prends la résolution d’offrir les difficultés qui vont se présenter sur ma route (contrariété, peine, douleur) plutôt que de me plaindre ou de râler.

Pour aider Jésus à porter sa croix, je vais offrir les difficultés qui pourront se présenter pour………………………………..……………………………………………………………..................................................................................................................

Sixième semaine de carême

Malgré sa fatigue et sa faiblesse, Anne-Gabrielle disait : « Maman, ce qui me ferait vraiment plaisir, c’est que vous vous reposiez et que vous me laissiez vous aider. » (juin 2010)

Cette semaine, je prends la résolution de rendre service à Maman qui se donne du mal pour faire vivre notre maison.

Je peux l’aider à vider le lave-vaisselle, à pendre le linge, à mettre le couvert, à passer le balai ou l’éponge, à débarrasser

la table…

Pour aider Jésus à porter sa croix, je décide que je rendrai service à Maman en…………………..............................................

………………………………………………………………………………………………….................................................................

Semaine Sainte

Dès son plus jeune âge, Anne-Gabrielle offrait des sacrifices « pour enlever des épines de la couronne de Jésus. » (2004)

Le carême est presque terminé. Vendredi, Jésus sera couronné d’épines. Durant cette dernière semaine de carême,

la Semaine Sainte, je veux, moi aussi, retirer des épines de la couronne de Jésus. Je veux le soulager par mes efforts

et mes sacrifices.

Pour retirer les épines de la couronne et aider Jésus à gravir le Calvaire, je prends la résolution de ...................................

……………………………………………………………………………………...............................................................................

Pâques

Aujourd’hui, le Christ est ressuscité ! Alléluia !

Avec Anne-Gabrielle et tous les saints du Ciel qui contemplent le Christ dans sa gloire, chantons « Alléluia ! »

Et gardons nos cœurs dans l’allégresse tout au long de cette journée et durant l’octave qui lui succède.

RÉFLEXION SUR L’ILLUSTRATION

à proposer de préférence avant la réalisation du coloriage.

Nous vous conseillons d’imprimer le coloriage au format A3.

 

Quels personnages est-ce que je reconnais sur ce dessin ?

Au centre, Jésus et Anne-Gabrielle.

Au second plan, plusieurs scènes avec Jésus dont une avec un ange et une autre avec une femme, Marie-Madeleine.

Que se passe-t-il ?

Jésus, couronné d’épines, marche en portant sa croix.

Anne-Gabrielle, par ses efforts, ses sacrifices et l’offrande de sa maladie aide Jésus à porter sa lourde croix.

En aidant Jésus à porter sa croix, Anne-Gabrielle fait écho à Simon de Cyrène,

réquisitionné par les soldats lors du chemin de croix.

Porter la croix avec Jésus, c’est aussi répondre à son appel :

« Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même,

qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive » (Mt 16, 24).

Association Anne-Gabrielle, un modèle pour la jeunesse

  • Facebook